J ai survécu à mon anniversaire

Depuis quelques jours je souffre d’un complexe de gravure. Parce que je ne fais pas de métal, je ne me sens pas considérée, reconnue dans mon travail. Alors vu qu il y a un cours de gravure sur métal, et que, avouons le, je commence à m’ennuyer je décide d y aller.

En effet mon niveau de japonais me permet de tenir une conversation pendant 10min. 20 si je fais un énorme effort de concentration et que j ai un coup de pouce de google trad. Mais c est toujours la meme conversation que j ai. Alors j aime rencontrer de nouvelles têtes car je peux parler sans donner l impression de me répéter. D ailleurs ici ça fait bien rire car en gros, le seul truc que dis c est ” bonjour comment ça va ?!” Et vraiment tu sens que je suis contente de voir quelqu’un et de pouvoir lui dire quelque chose en japonais. Et je prête l oreille très attentive à la réponse et espérant qu’ils vont choisir une de celles du cours… parce que sinon ça mettra fin à la conversation…

Bref. Ravie, je vais au cours de gravure. Nous sommes 2. L autre personne est très stmpathique mais sourde d une oreille. Alors je comprends très difficilement mais comme sa façon de parler est hachée, je peux identifier les mots. Donc je comprends. Enfin j ai compris jusqu à ce qu elle voit que je comprends parce qu après elle a utilisé du vocabulaire hors 1ere année de cours… et elle ne m’écrivait que des kanji. Ce à quoi j ecrivais en hiragana que je ne savais pas lire…. mais j ai peut-être mal écrit.

Le cours commence. La prof me demande ce que je fais. Bah j en sais rien. Comment ça se passe ici ? C est pas elle qui est censée m orienter ? Alors elle part en courant et reviens avec les chef d atelier, catastrophé que je ne sache pas faire de gravure. Mais comment suis je arrivée là ? Bah en présentant un book avec 15 ans de gravure dedans… Et ça m exaspère. Très calme, j explique, je rappelle que je suis (étais ?) graveur. Ce que je ne sais pas c’est comment ça se passe ici, dans cet atelier. Par exemple où est la boîte d aquatinte ? Le métal ? Le vernis ? Les particularités de l acide?

Alors je vais avec lui. J achète une plaque. 40x50cm. Il me dit que c est cher. Je m en fou. Ce sera mon cadeau d anniversaire et il y a 6 cours de gravure avant mon départ, je devrais m en sortir. Après il me fait acheter le papier de protection de la plaque. Et comme je ne le met pas comme lui, il m explique. A la fin le résultat est le même. Mais j avoue que son coup de cutter m a plut et que je le reutiliserai. Je reviens en classe. Demande les outils. Commence. La prof arrive. Non non non. Et là je me dis merde, même le biseau ca va pas !? En fait c est parce que tout l atelier est en moquette. Et si mon mode de penser est : apres je nettoie, le leur est : tu ne salis pas. Je n avais jamais vu de moquette dans un atelier. L idee me semblait saugrenue. Mais apres enquête sur fb je me suis même demandée “pourquoi pas ?”. Donc on a mis du papier journal par terre. Ensuite j ai préparé ma plaque dans les règles de l art. Toutes les étapes de A à Z, avec les options. Seule mon impatience m a empêché d atteindre la perfection d un artisan. Elle m a dit qu elle voyait rarement de si belle plaque. Mais ici tout étant beau et intéressant, je l ai plus pris pour une formule de politesse. J ai revu mon interprétation en découvrant les tirages grisâtres et rayés des élèves de l apres midi. Après avoir passé le polish , elle insiste pour que je nettoie au white. Bon. Degraissage à l alcool. Ca y est je peux y aller. Non mais elle est sérieuse ? Je retourne dégraisser à ma façon. Voilà. Je demande le vernis et c est à ce moment que les choses se corsent.

Elle veut que je fasse chauffer ma plaque. Mais le vernis est déjà liquide. Je lui que je ne veux pas faire un vernis mou. Pourquoi chauffer la plaque ? Elle retourne chercher le maitre d atelier. 1er chose qu il fait, aller savoir pourquoi ce sont toujours les plus grands qui nous font nous arracher les cheveux, il met ses 2 mains bien à plat sur ma plaque parfaitement dégraissée. Mon caractère français refait surface. Il me donne un produit. Un vernis dont je n ai jamais entendu le nom et sur lequel il y a tous les symboles dangers, toxiques… ne pas approcher d une flamme. Je dois le diluer avec un autre produit aux mêmes caractéristiques effrayantes. Je suis septique. Je mets le vernis. Je lui trouve des avantages et des inconvénients. Ma façon de vernir ne convient pas. Bref. Puis il allume la gazinière et me demande de faire chauffer ma plaque couverte de produits extrêmement inflammables. Je le regarde. C est une blague ? Un bisutage? Non. Je ne veux pas. Il le fait. Il fera 100 manipulations, mon coeur s arrêtera autant de fois… Enfin il me donne la permission de passer au dessin. C en est trop pour moi, je lui répond que je le ferai après manger. Besoin de me remettre de mes émotions. Avoir fait chauffer au gaz des produits hautements inflammables, être entourée de bouteilles de pétrole, white, thinner, therebentine toujours ouvertes (et à côtéde la gazinière), se laver les mains au pétrole et jeter des chiffons plein d’essence dans la même poubelle que tout le reste… Après c’est vrai que moi je suis de la génération trouillarde. J ai pas eu de radium dans mes jouets ni de plomb dans les peintures de ma chambre et je suis pas forcément mieux que ceux qui ont connu ça. Apres tout il travaille comme ça depuis bien avant que je naisse, et dieu soit loué, n a eu aucun accident.

L après midi commence tres bien. Plein de nouvelles têtes. Je peux expérimenter mon japonais. Ils veulent savoir pourquoi je suis venue dans un atelier de gravure japonais. C est la même raison pour laquelle, eux , ils veulent aller faire de la gravure en France…

Arrive le temps de la morsure. J enquête. Quel est cet “acide” de couleur bleu alors qu on ne mord que du cuivre ? Du nitrique. Nitrique rapide. Mais trop fort aujourd’hui. Et tu mets des gants pour encrer mais pas pour travailler avec de l acide nitrique ? Tout en disant cela je cherche une hôte aspirante. Des gants, lunettes, blouse de protection… Rien. Je demande s il n y a pas un autre acide, comme j envisage prochainement une aquatinte. N aurait il pas été plus logique de mettre le nitrique dehors et le perchlo dans la pièce ?

Si bien sûr qu en France on a de l acide nitrique. Mais on a aussi des mesures de sécurité. Et alors que je dis ça, la personne avec qui j étais, tenait sa plaque par les scotch pour l égoutter. Les scotchs ont lâché. La plaque est tombée dans l acide nitrique, m éclaboussant les bras, le cou, une parie du menton. Et là je me dis que faut être bien bête pour faire de la gravure en debardeur meme à 40 degrés. Elle avait un pull et une serviette autour du coup (pour s s’éponger parce qu il fait chaud). Evidemment pas de douche dd’urgence. On m ouvre aimablement le robinet en me disant que ca va bruler un peu… Non mais sérieusement ???!!! Alors je me suis tout aussi aimablement excusée et ai couru prendre une douche….

Quand le prof aux beaux-arts nous racontait les accidents du nitrique, ça semblait tellement venir d un autre monde, d’une autre epoque…. bref j ai survécu. Je m attendais vraiment en venant ici à un atelier moderne, fantastique comme me l ont dit tout ceux qui l ont vu. Mais en fait c est meme pas archaïque (j adore le vernis boule passé au noir de fumée) c est juste dangereux dans ses methodes et restrictif dans son approche.

Le soir y a même la femme du chef qui a découvert que c’etait mon anniversaire. Elle m a offert des fruits en gelée. Delicieux. Ils pensaient que j avais 36 ans. Je rectifie. “Alors tu es encore à l’école ?” Oui si on veut mais c est moi le prof… et j en rajoute juste ce qu in faut pour leur rappeler que bordel j ai quand même des bases en gravure ! Même sur cuivre !

Je commence à me dire que pour les vacances le Japon est extraordinaire mais que au quotidien et pour y vivre, il est bien moins avant garde qu on ne l imagine. Tout de même, la dernière fois que j ai pas eu internet c c’etait y a plus de 10 ans dans une ville de l ancienne Allemagne de l Est. En revanche le service à la personne est top !

La journée s est terminée par un ” as tu pensé à acheter à manger pour demain ? On attend un typhon “.

No Comments

Post A Comment