continuité

La continuité dans le travail de l’artiste.

Samedi dernier marquait la rentrée du groupement intensité. Le thème de la reprise, continuité dans le travail de l’artiste, m’a personnellement interpellée car cela correspond vraiment à la démarche de l’exposition que je viens de faire. En effet, le travail que j’effectue avec ce blog n’a-t-il pas aussi pour vocation de m’inscrire dans une continuité ?

Je vous rappelle que cela fait 10 ans qu’il existe. Créé initialement pour servir de vitrine, il est vite devenu un moyen de montrer que j’existais et que non les artistes ne tombaient pas du ciel la veille d’une expo…

Continuité et création.

Lors de mon expo j’ai encore entendu « ça part dans tous les sens ». Je n’y ai pas trop fait attention car je n’ai pas envie de me limiter. De nombreux visiteurs ont préféré le terme de « foisonnement »…

Néanmoins, je me suis quand même posé des questions :

Et si je partais dans tous les sens parce que j’avais peur d’expérimenter un truc à fond ?

Ou pire :

Et si je m’éparpillais parce que, inconsciemment, je savais que je n’étais pas capable d’aller au bout ?

(cf. mon problème d’impatience évoquée hier).

Donc la question que nous nous sommes tous posée :

La continuité doit-elle être visible dans notre création ? Un ensemble de tableau doit-il reconstituer une sorte de frise chronologique de notre vie d’artiste ?

L’artiste témoin de la continuité de l’existence.

Roman Opalka. La contunuité de l'existence
Roman Opalka, Autoportraits.

La continuité de l’existence est un fait naturel. Le corps a différente continuité. Rembrandt et Opalka témoignent de cette continuité corporelle.

Mais effectivement avec ces exemples continuité et diversité ne riment pas. C’est un des problèmes que l’artiste pose : il est hors contrat. On sait le chemin qu’il a parcouru mais on ne sait pas où il ira. L’artiste ne peut pas s’engager sur le résultat final. (Il n’y a qu’à voir les grandes commandes de l’histoire de Vinci et Michel Ange en passant par Véronèse).

Il n’y a en art ni passé, ni futur. L’art qui n’est pas dans le présent ne sera jamais.

Picasso.

La continuité est le résultat d’une analyse du passé. Au contraire la démarche (sur laquelle j’avoue, je m’interroge toujours) annonce un chemin.

Et moi dans tout ça ?

Où se trouve ma continuité alors que “ça part dans tous les sens” ? C’est une des questions que j’ai exploré durant l’expo en allant la poser directement à mes visiteurs.

marche sur le monde,
2007 – 2016, 65 x 50cm
  • Il y a continuité dans mon exploration et mon choix systématique de la gravure.
  • Il y a continuité dans la façon dont je suis habitée par une idée avant même de la commencer.
  • L’écriture, ce blog et mes histoires assurent une continuité.
  • Et enfin, il y a bien une continuité entre chacune de mes expos puisque c’est chaque fois un nouveau pas que je franchis. Continuité qui sera d’autant plus visible que ma prochaine expo au labo sera l’aboutissement de celle-ci par la présentation de la réalisation d’une partie des projets du livre.
  • Continuité aussi du lieu.

Parfois la continuité est inscrite directement sur le travail. Ainsi dans « marche sur le monde », deux dates apparaissent :

  • Celle du premier dessin
  • celle de la réalisation de l’estampe. (Je pense que je vais garder ce processus pour les idées du livre).

Passé et nouveauté en perspective.

Picasso avait tout compris quand il a dit qu’il avait mis 70 ans pour tracer une ligne…

Dans le milieu artistique les spectateurs adorent les expos qui retracent toute une carrière en la classant avec des périodes spécifiques. Sans aller jusqu’à l’extrême, il est bon pour l’artiste de présenter du nouveau et de l’ancien. Au début on rechigne car c’est vieux, c’est dépassé. Mais pour les visiteurs ça offre des points de repères. Ils peuvent aussi être content de la revoir ou de la découvrir.

Une exposition est une installation artistique. Les pièces sont agencées les unes en fonction des autres comme si on composait un nouveau tableau dans l’espace.

La continuité en pratique.

Un calendrier d’évènements est un bon point de départ.


Le mot de la fin.

« Créer n’est pas innover ».

Olivier Wahl.

Effectivement par création on sous-entend inventer quelque chose de neuf, de jamais vu. Olivier tempère.

La création c’est accepter que tout puisse être remis en cause alors qu’innover a pour but de ramener des sous.
Comment réussir à mettre en place quelque chose dans le monde à partir de rien ? La création n’est pas spécifique à l’art. Ce qui est le propre de l’art, c’est le lien particulier qu’il entretien avec le public.

Olivier Wahl
No Comments

Post A Comment