kitchen litho

Le cheval rouge.

Le cheval rouge est un projet issue du livre “Parce-qu’avec le temps les mots deviennent insensés”. Ce livre regroupe les croquis de toutes les estampes que je souhaiterais réaliser. Lorsqu’ne idée trouve un acheteur, nous entamons ensemble la réalisation.

L’histoire du cheval rouge.

Le cheval rouge, croquis d’origine.

En 2015, lors d’un séjour à Nice, je découvre le tableau “l’écuyère au cheval rouge” de Marc Chagall. Je suis séduite par la couleur du cheval, son mouvement et son rapport à l’écuyère.

La même année je commence un lino où je souhaite représenter un cheval et son écuyère. Comme modèle, une poupée et un cheval de bois de mon enfance. Très vite le cheval envahit le support. J’efface, je recommence. Il reste chaque fois des “fantômes” des croquis antérieurs … A un moment tous ses fantômes réunis sont le mouvement, la fougue, la liberté… mais pas pour une linogravure. Je mets le lino de côté afin de garder une trace mais je fini par y graver autre chose.

cheval de bois de mon enfance.

Journal d’une création.

Le financement.

Septembre 2020.

Lors de l’exposition “En coulisses”, Denis choisi de financer le cheval rouge.

Devis validé.

Octobre 2020.

C’est parti pour une kitchen litho sur papier vieil hollande de format 65 x 50 cm.

L’aventure commence !

Décembre 2020.

Le format étant plus grand que le croquis je dois réadapter la composition.

Denis choisit la seconde version, la plus proche du croquis.

La réalisation.

Les tests.

Samedi 9 janvier.

La kitchen litho est une technique que je ne maîtrise pas. J’ai effectué des test en 2015 mais n’ai pas poussé les recherches. A l’occasion des test de couleurs, je reprends les recherches.

Denis opte pour la combinaison encre de chine – rouge capucine.

Denis vient assister à la réalisation de son œuvre.

Samedi 23 janvier.

C’est une première pour moi. Un acheteur va devenir spectateur de la création. Cela fait parti du processus mais je m’attendais à recevoir les clients lors de l’édition finale ou d’un tirage d’essai “intéressant”. Mais là, la technique me semblait simple, et je n’imaginais pas qu’il était possible d’avoir des états intermédiaires.

Je propose donc à Denis de venir assister à la réalisation du cheval rouge de A à Z. Je lui dis que ce sera quitte ou double : soit c’est terminé le soir, soit je devrais tout reprendre à zéro.

Hier avec Audrey, mon assistante, nous avons préparé l’atelier et le matériel. Cette nuit j’ai eu une insomnie au cours de laquelle j’ai décidé que Denis aussi ferait de la Kitchen litho. La technique est abordable alors je lui propose de créer avec moi.

Lorsque Denis arrive, il met tout de suite les choses au point : il sera déçu. Déçu car l’oeuvre qu’il aimait c’est le croquis mais là je fais autre chose. Il se dit que ce qu’il achète c’est une autre œuvre. Moi qui était déjà morte de trouille, j’ai l’impression de me liquéfier sur place. Et pourtant, comme je le comprends ! C’est pour cette même raison – la spontanéité du croquis- qu’habituellement je travaille directement sur la matrice, sans passer par des croquis.

Finalement, ça c’est très bien passé. Ce fut un beau moment d’échange et de partage et Denis était vraiment enchanté de l’expérience. D’un point de vue technique, il s’en ai mieux sorti que moi ! 😀 Je n’ai pas réussi à finir dans le temps imparti par le couvre feu. Le dessin était bouché, il m’a fallu encore 2 heures après son départ pour parvenir à un bon à tirer.

Reportage réalisé par Denis

Il y avait de quoi avoir le trac, prendre ce risque de se montrer dans son travail, qui plus est devant le client. Bravo et merci de l’avoir pris.

Denis S.
kitchen litho
Kitchen litho réalisée par Denis S

Après le départ de Denis, je continue …

No Comments

Post A Comment