L’île aux lapins.

Ce matin maman me dit :

“Aujourd’hui c’est journée détente. Tu vas voir ça va te plaire mais faut faire des courses car là-bas il n’y aura rien à manger. ” Comment un endroit où il n’y a rien à manger peut-il me plaire ? Bon j ai fait des provisions.

On a pris le shinkansen pendant 30min jusqu’à Mihara. Puis de là nous devions attendre un autre train pendant 30min mais on aurait pu rater le ferry. Donc taxi jusqu’à Tadanoumi puis 10 minutes de bateau pour Okunoshima. La mer était remplie de petites méduses blanches.

Et nous y voilà. L’île aux lapins. Jusqu’à la fin de la 2nd guerre mondiale c’était une île militaire. Ils y avaient importé des lapins pour faire des expériences dessus. Après la guerre ils sont partis mais ils ont laissé les lapins qui se sont développés et se portent à merveille. A priori je n ai pas vu de lapins mutants. Seulement des adorables petites créatures gourmandes et assommées pas la chaleur.

Sinon sur l île, il y a un hôtel, une plage et des ruines militaires. Ils entreposaient énormément de gaz chimiques. On peut voir dans les entrepôts qu’ils stockaient des conteneurs de plusieurs tonnes. Beaucoup de ces ruines ne sont actuellement pas accessibles au public.

En attendant le ferry du retour j ai tenté de croquer (au sens artistique du terme et non carnivore) quelques lapins. Comme je n’avais plus rien à leur offrir à manger j’avais du mal à les maintenir en place. Alors 2 jeunes femmes qui avaient apporter de quoi nourir tout un regiment (1 demi choux, 10 carottes et 1kg de croquettes chacune) m’ont donné quelques feuille de choux et une carotte. Je coupe un petit bout pour le lapin mais au lieu de la manger sur place il a tenté de partir avec. Alors j ai voulu récupérer la carotte pour qu’il reste mais c’est que ça tire fort ces bébêtes là. Une autre femme qui voulait faire des photos avait le même problème que moi, alors bien que nous ne parlions pas la même langue nous nous sommes comprises. Je l ai appatait vers son objectif et les faisait aller là où elle voulait puis elle les nourrissait suffisament lentement pour qu il reste en place pendant que je dessine…

Dans le ferry du retour j’ai eu l’occasion de voir un morceau de film : Alice au pays des merveilles, version japonaise. Pas un de ceux que nous connaissons et qui soit traduit mais vraiment un film japonais. Alice est donc brune. Elle a une robe trapèze bleue avec un col claudine blanc et un nœud papillon noir. Elle voit un lapin qui va la conduire sur l ile aux lapins. Et les délicieux gâteaux sont remplacés par de délicieuses yakitori !!!

No Comments

Post A Comment