Laurae Loriersus Iguana Iguana

150,00 

L’artistae, créature maudite du XIX siècle et spécimen recherché au début du XXème siècle serait, selon l’imaginaire populaire, un être marginal et coloré caractérisé par un besoin de croquer le monde.   De ce fait l’artistae attire autant qu’il effraie. Dans certains pays, assimilé au démon, l’artistae est chassé et tué pour ses idées. Si certains ont traversé les siècles sans encombre, tel le Dürerium, le Rembrandtus ou le Picassus que nous connaissons tous, d’autres comme le VanGoghum y ont laissé des oreilles !

 

L’iguana iguana est une importe source de protéine.

1 en stock

[vc_row css_animation= » » row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » angled_section= »no » text_align= »left » background_image_as_pattern= »without_pattern »][vc_column][vc_column_text]

Laurae Loriersus Iguana Iguana,  de Laura Loriers alias le Graveur Fou.

Titre : Laurae LoriersusIguana Iguana.
(Série des artistae. XIV / XV)

Artiste : Laura Loriers dit le graveur fou.

Date de création :  2017

Thème : Portrait, autoportrait, curiosité

Style : art figuratif,

Informations techniques de l’estampe :

Technique : gravure à l’eau-forte sur cuivre réhaussée à l’aquarelle.

Format image : 30 x 19.5 cm

Couleur  dominante : vert.

Support : papier Velin d’arche.

Format papier : 42 x 32.5 cm

Nombre d’exemplaires : 1

Système d’accrochage : non inclus.
Système d’accrochage conseillé : cadre photo 50 x 40 cm baguette couleur chêne et papier de couleur dans le fond.

 

 

Selon les codes de l’estampes :

Chaque estampe est signée, numérotée et datée sous l'image et au crayon à papier. Les papiers sont coupés au coupe-papier afin de conserver les franges (l'aspect déchiré ) caractéristique des estampes d'art et si cher aux amateurs de gravures  et de bibliophilie.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Quelques mots sur l'artiste.

Diplômée des Beaux-arts et passionnée de gravure Laura Loriers a beaucoup voyagé dans le but d’enrichir sa technique. C’est lors d’une résidence au Japon qu’elle prend le pseudonyme du Graveur Fou et décide de promouvoir l’estampe et l’histoire de l’art au près du plus grand nombre. A travers son travail, elle véhicule des valeurs qui lui sont chères : la générosité, le partage et l'authenticité.