Si tu ne vois pas la vache, cherche la tortue. (ou rentre chez toi).

Le marché de Nishiki.

Ce matin nous sommes allées au marché de Nishiki. Un marché délicieux où on a envie de tout goûter. Je dirais même plus de tout expérimenter.

Par exemple, pour le petit déj j’ai pris un mini poulpe sur une brochette. Il a été cuit au chalumeau sous mes yeux. Ensuite je me suis lancé sur le “pancake japonais” qui n’a de pancake que le nom selon moi (il n’est même pas fait à la poêle).

Ensuite nous nous sommes baladées dans les rues et il y avait encore d’incroyables boutiques où c’est très dur de ne pas tout acheter.
Balade le long de l’eau.
Croquis d’un héron (toujours dans la ville !).

Le pancake japonais.

Oublie le sirop d’érable, il s’agit d’un pancake salé et servi avec plein de choses qui n’ont rien à voir avec un pancake :

  • Il y a du choux,
  • de l’omelette ?
  • de la pomme de terre ?
  • des ingrédients non identifiés,
  • de la sauce soja
  • et de la mayo (Que serait le Japon sans mayo ?!

C’est délicieux ! Mais j’avoue que la mayo au petit déj ça me fait bizarre (la mayo seulement, la brochette de pieuvre ça va).

Les temples fermés.

L’après midi qui fût très décevante (mais s’est fort bien achevée).

Nous sommes allées voir les temples de Daïtokuji. Tout était fermé. Les guides touristiques te vendent ça comme des merveilles au milieu de bambouseraies. J’ai vu les bambous. Malheureusement je n’était pas du bon côté du mur.

Tout était fermé sauf ce qui est interdit aux touristes. Et ça le gars à l’entrée il te le dit pas. Il te laisse tourner en rond en plein cagnard alors que t’es venu dans un trou paumé que pour ça. Et puis tu trouves un truc ouvert.  C’est un jardin zen. 5€ l’entrée. C’est pas cher mais vu que tous les 100m on te dit 5 € l’entrée…  Bref, ça fait 2 heures que tu tournes en rond alors t’y vas pour pas avoir fait le chemin pour rien. Tu paies, tu entres, tu fais le tour. Déjà fini ? Bon tu regarde le plan.

Un cailloux de 500 ans.

Ah oui t’as tout vu. Alors tu recommences avec le mode d’emploi. Tu regardes d’incroyables cailloux, là depuis presque 500 ans. 

Là il y a celui de la tortue qui plonge…. Non derrière, lui là c’est un bateau.

Tu vois pas la tortue qui plonge à côté de l’arbre ? … Ah le rocher tout plat ? Pardon c’est la carapace. Et tu vois celui là c’est un “trésor”, il représente une vache endormie. Alors comme tu veux pas avoir fait tout ce chemin pour rien tu cherches la vache endormie….

Ah. Parfois ils sont bizarre c’est japonais. Ah moins que ce ne soit les vaches d’il y a 500 ans qui étaient différentes ?

Vous voulez voir une vache endormie ? Photo interdite.

La galerie Dohijidai.

Retour en ville. Goûter. Visite. Découverte. La galerie Dohjidai (rencontre d’artistes racontée sur le blog des 1001 km d’artistes).

Puis petit resto très sympa. Des sobas au harang. Le resto était vachement bien pensé (beaucoup de choses ici sont vachement bien pensées). La pièce est fermé par un mur de paroi coulissantes ce qui permet au serveur de t’apporter les plats sans slalomer entre les autres tables ni déranger les autres clients.

Kyoto, le 17 juillet 2019.

No Comments

Post A Comment